Bourse McConnell

La bourse McConnell est ouverte aux étudiants de maitrise ou de doctorat des départements de l’économie et de l’histoire à l’Université de Montréal, et vise à promouvoir des projets de recherche d’études supérieures dans l’intersection des études américaines, de l’économie et de l’histoire.

Le concours 2018 – 2019 est terminée. Les boursiers et leurs projets de recherche financés sont ci-dessous. La chaire organisera un atelier d’étudiants au cours de la prochaine année scolaire pour diffuser les résultats des projets financés. Restez à l’écoute des détails.

 

Boursiers et les projets de recherche financés:

– Mikael Dumont, Ph.D. Histoire : « Le rôle social de la fête dans les communautés rurales francophones d’Amérique du Nord (1780-1880) »

Ce projet focalise sur le rôle social et identitaire des réjouissances populaires dans la société canadienne, en particulier, entre la fin du XVIIIe siècle et la seconde moitié du XIX siècle. Des exemples festifs provenant de trois autres populations francophones, qui habitaient des territoires aujourd’hui situés aux États-Unis, c’est-à-dire la région de Détroit, le Pays des Illinois et la Louisiane, sont également analysés afin de mettre en lumière ce qui s’avère singulier dans ces diverses cultures festives et ce qui ressemble plutôt à une généralité francophone nord-américaine. L’objectif est de faire ressortir comment les réjouissances populaires, au lieu d’exister en marge des communautés, s’insèrent et s’adaptent au cadre socioculturel de chacune des populations.

– Pierre Lavoie, Ph.D. Histoire : « Mille après milleArts populaires, mobilité, mémoire et identités francophones du Nord-est américain (1934-1976)»

En se concentrant sur les pratiques de culture populaire, comme les tournées de spectacles de variétés, cette thèse vise à étudier les ruptures et les continuités au sein des projets identitaires canadien-français et franco-américain suite à l’arrêt des grandes chaînes migratoires unissant le Québec et la Nouvelle-Angleterre en 1930. En résulte la mise au jour d’un espace transfrontalier où des artistes ayant eux-mêmes vécu la migration mettent à profit leur expérience pour développer des circuits professionnels qui leur permettent de concilier leurs propres nécessités économiques et les besoins de continuité culturelle et identitaire des migrants.

– George Ngoundjou, Ph. D. Sciences Économiques, Champs d’intérêt : Recherche empirique en économie, Économie du travail , Économie immobilière.

Depuis le début des années 90, on observe aux États-Unis une rapide augmentation de la participation des individus de 55 ans et plus sur le marché du travail. Ma recherche porte sur la compréhension des déterminants de ce phénomène. Après avoir exploré le rôle de la santé et de la « Grande Récession » de 2008, je m’intéresse depuis plus récemment à l’importance du boom immobilier des années 1994 à 2005 dans l’offre de travail et l’endettement des personnes âgées aux États-Unis. Ce travail est fondamental pour comprendre l’impact de politiques affectant les prix de l’immobilier ou le marché du travail. Elle devrait aussi donner un éclairage particulier aux causes et conséquences de la « Grande Récession ».

– Herve Zeida, Ph. D. Sciences Économiques, « Essays in Taxation »

Cette thèse vise à comprendre les effets de la taxation sur l’activité entrepreneuriale et la dynamique de l’inégalité de la richesse et du revenu aux États-Unis. « Le capital au 21e siècle » de Piketty (2014) a ravivé les débats autour de la question de la répartition inégalitaire des revenus et de la richesse dans les pays développés, et spécifiquement aux États-Unis. La nouvelle réforme fiscale votée l’année dernière par le Congrès Américain sous la houlette du Président Donald Trump, est une réforme majeure aux États-Unis depuis celle de Reagan en 1986. Cependant, la grande réduction de la charge fiscale pour les gens d’affaires et les grandes firmes relativement aux travailleurs suscite de grandes interrogations sur les potentiels effets de cette réforme fiscale sur la croissance et les inégalités déjà croissante mentionnée par Piketty. Ce projet vise dès lors à prédire les effets sur la production, les prix, la répartition du revenu et de la richesse ainsi que le bien-être dans l’économie américaine dans les années à venir.